Screenshot-30

- Kelly ?!

"Oups, Bixente, mon coco, retourne au festival, veux-tu ?"

- Oh, toi là-haut la ferme ! tonna-t-il.

Kelly... Batifolant avec un autre... Leur histoire était allée vite, très vite, c'était vrai, mais il croyait que c'était parce qu'ils étaient très amoureux, qu'ils savaient qu'ils étaient fait l'un pour l'autre... Il avait eu tort. Elle avait seulement voulu se jouer de lui. Jamais il n'avait été aussi triste et en colère. Cette trahison était la pire de toute.

Screenshot-33

- Je vois que tu profites de mon absence... railla-t-il.

- Et bah écoute, je m'ennuie toute seule, tu comprends, ironisa-t-elle.

- Je comprends parfaitement... COMMENT AS-TU PU ME FAIRE ÇA ?!

- Hurle pas, s'il-te-plaît, tu vas me donner la migraine, merci.

- Tu en a donc rien à foutre ? Rien à foutre de tout ça ? Tu te rends compte de ce que tu as fait ?

- Pas vraiment, je baigne là-dedans depuis que je suis gosse, tu vois ? Pour moi c'est quelque chose de très naturel, dit-elle d'un ton qui se voulait le plus sarcastique possible.

"..."

- Et qu'est-ce que ça veut dire ça ?

- Ça ? Ça veut dire que tu ne sais rien de ma vie, rien du tout, comment veux-tu construire une relation à partir de ça ?

Screenshot-36

- Je croyais que tu m'aimais ! lâcha-t-il, déçu.

- Désolée, maintenant j'aime Félicien. Je t'ai fait du mal avant que tu puisses m'en faire, ajouta-t-elle.

- Que je puisse t'en faire ?! Je ne t'aurais jamais trahi, jamais fait de mal !

Kelly rit, d'un petit rire mesquin, méchant, hautain. Gaétan non plus n'avait pas l'intention de faire du mal, sans doute, mais les hommes étaient tous les mêmes, que cela prenne une semaine ou des années. Et les femmes toutes les mêmes à leur pardonner, idiotes qu'elles étaient. Mais elle, Kelly, elle, changeait tout. C'était elle qui faisait du mal, elle qui détruisait des cœurs et des vies. En compensation de celles brisées par son père.

- Tu es une femme horrible, Kelly...

Elle était véritablement une rose, magnifique, mais néanmoins blessante de ses épines tranchantes.

Screenshot-38

- Je te félicite, Félicien... Mais je te mets en garde... Elle fera la même chose avec toi, souffla le jeune homme brisé avant d'entrer dans la maison, sans doute pour ranger ses affaires.

- Ne l'écoute pas, il ne sait rien de moi, le rassura la jeune femme.

Il allait tout gâcher, il n'en avait pas le droit ! Pourquoi lui adressait-il la parole ? Pourquoi le mettait-il en garde, la future victime allait être plus méfiante... Mais son charme naturel réparerait tout ça en seulement quelques temps, elle ne se faisait pas de soucis.

- Je vais peut-être y aller, dit, gêné, Félicien, qui avait assisté à la scène de ménage.

- Je te comprends, désolée pour tout ça, répondit Kelly avec une fausse sincérité.

Après tout, pourquoi en serait-elle désolée ? Qu'est-ce que cela pouvait-il bien lui faire de ce qu'il pensait au fond ?

lettre

lettre2

Qu'est-ce que cela lui faisait ressentir ? Absolument rien. Ni amour, ni joie, ni dégoût. Juste rien. Ne rien ressentir, telle était sa force.

"Dis donc, beaucoup d'admirateurs !"

- Moui, peut-être... Tous des imbéciles à s'accrocher à mes pieds comme des loques. Aucun mérité, aucun honneur, juste des hommes.

"Ça devient grave l'idée que tu as des hommes, toi..."

- Tu n'as eu affaire à aucun d'entre eux, comment peux-tu savoir quoi ce que soit là-dessus ?

" J'ai eu affaire à l'un d'entre eux, si."

- Et ?

"Et j'en parlerai pas."

- Et voilà, comme d'habitude, j'ai raison ! Maintenant si tu veux bien me laisser, j'ai assez parlé avec toi pour la journée.

Screenshot-40

Assise nonchalamment sur le canapé, Kelly laissait son esprit vagabonder. Son plan marchait à merveille, les hommes étaient aussi stupides qu'elle l'avait espéré, à l'aimer alors même qu'elle ne s'intéressait pas à eux, juste pour sa beauté. Une beauté mortelle. Et à se battre pour elle, pour l'avoir. Il se laissait tous avoir dans sa toile tissée avec haine.

- Ah, Amarok... Ils sont si bêtes, si stupides... C'en est désolant.

Le loup hurla. Approuvait ou contestait-il, nul ne le savait hormis lui-même.

Screenshot-43

Pendant ce temps-là, Bixente était tombé dans un piège. Des murs se dressaient tout autour de la piscine dans laquelle il était venu oublier la dure journée derrière lui. Comment ces murs étaient-ils apparus ? Comment sortir ? Comment, que se passait-il ? Sans aucun doute cette sorcière de Kelly... Cette femme froide sans foi ni loi, au cœur de pierre.

Screenshot-45

- Où est ton mari ?

- Ne t'inquiète pas, mon amour, il est parti, pour toujours. Là où il est, il ne pourra plus se mettre en travers de mon chemin, chuchota-t-elle ensuite pour elle-même.

- Je suis désolé, c'est de ma faute, j'aurais du être plus discret, ne pas venir chez toi...

- Je voulais qu'il le sache de toute façon, tu n'as pas à te faire de soucis, j'en avais assez de cet imbécile.

Screenshot-48

Les forces se faisaient trop rares, l'air, l'air trop pesant. Il se laissa tomber, respira de l'eau. Toussa. Il remonta à la surface, paniqué, c'était la fin. Il ne pouvait plus lutter. L'eau envahissait ses poumons, petit à petit, trop vite. Plus de place pour le rare air qu'il parvenait à respirer. Il cracha, trop d'eau. Son esprit sombra, suivi de son corps.

C'en était fini.

Screenshot-54

- Kelly... Kelly aide-moi ! supplia le jeune homme mort beaucoup trop tôt.

- Le bleu te va très bien, Bixente, se contenta-t-elle de répondre, cynique.

- Quelle femme horrible es-tu pour venir regarder la mort de ton propre mari...?

Il était dépité, totalement désespéré face au manque cruel d'émotions de la jeune femme. Elle n'en semblait carrément pas humaine.

Elle ne répondit pas cette fois, elle le regardait tout simplement, avec un regard ne trahissant absolument rien, un regard neutre et froid, comme le reste de son sombre cœur.

Screenshot-57

- Je vous en supplie, je suis trop jeune pour mourir, je suis un homme bon !

La grande Faucheuse ne dit rien. Des hommes bons partaient tous les jours au lieu d'autres cruels et méchants. Mais c'était la dure loi de la vie, et de la mort, elle ne prenait que des gens au hasard, sans se soucier de leur passé. Tellement de gens débitaient la même chose, tellement la suppliait en vain. Tous partaient rejoindre l'au-delà.

Screenshot-59

- Nous voilà enfin libres...

- Que veux-tu dire ?

Si elle avait dû dire la vérité, elle aurait dû dire que son mari s'était noyé grâce à elle dans la piscine à quelques mètres seulement, mais elle ne pouvait évidemment pas lui dire la vérité. Le mensonge était la base de ses relations.

- Je veux dire que Bixente à demandé le divorce et est parti rejoindre sa famille à Bridgeport, inventa-t-elle sans aucune hésitation, rendant ses propos encore plus convaincants. Nous pouvons enfin nous afficher au grand jour.

Screenshot-61

Paraître niaise et heureuse était devenu un jeu d'enfant pour la sans cœur qu'elle était, les gens ne se souciaient tellement pas des véritables émotions au fond des autres que de simples mots leur suffisaient. Une aubaine pour elle, qui devait bien admettre que sans cette stupidité humaine que de croire l'hypocrisie, elle n'aurait dupé personne.

- Justement, Kelly, on se parle depuis pas mal de temps, je me souviens que je t'aimais énormément au lycée et...

Screenshot-63

- Veux-tu m'épouser ?

Kelly resta sans voix. Ou du moins faisait semblant de rester sans voix.

- Je sais que c'est rapide et qu'avec ton précédent mariage qui n'a pas bien fini, tu doutes, mais je sais que tu es la femme de la vie depuis que je t'ai vu au lycée, et je rêve depuis longtemps de ce moment, je ne pouvais pas le repousser plus longtemps. Alors ?

- Alors oui ! s'écria-t-elle.

Screenshot-71

- Je t'aime tellement, souffla-t-il au creux de son oreille.

- Je t... Moi aussi.

Screenshot-94

- Je sais que ça va être rapide aussi, commença-t-elle. Mais et si on se mariait maintenant ?

- Maintenant ? Déjà ?

- Tu m'a demandé en mariage, c'est que tu veux m'épouser, qu'est-ce que ça change que se soit maintenant ou dans deux mois ? s'emporta-t-elle.

- Tu as raison !

- J'ai toujours raison, murmura-t-elle pour elle-même.

Screenshot-95

Quelques minutes plus tard, les deux jeunes "amoureux" étaient unis par les liens du mariage.

Screenshot-98

Le lendemain, les jeunes mariés déménagèrent, à la demande de Kelly. La maison dans laquelle ils habitaient ne lui plaisait pas, elle était mal placée et pas assez jolie pour elle. C'est pourquoi elle revint dans sa première maison, qu'elle aimait finalement bien, aussi petite soit-elle. Amarok, lui, était heureux de retrouver sa maison. Il la préférait beaucoup lui aussi, et celle-ci ne sentait pas l'odeur de la mort qui empoissonnait désormais l'air de l'autre maison.

Screenshot-100

 Félicien décida de se trouver immédiatement un travail, puisque sa femme refusait catégoriquement d'en trouver un. Il dénicha sans peine une petite annonce pour devenir surveillant au lycée. Il irait le lendemain pour postuler...

Screenshot-102

- Tu ne manges pas avec moi ? s'étonna Félicien.

- C'est toi qui ne mange pas avec moi, rectifia Kelly, acerbe. Pourquoi tu ne viens pas sur le canapé ?

- Parce que c'est à table qu'on mange.

- On mange où on veut, non ? Sois un peu marrant !

La fin du repas se fit en silence, l'atmosphère tendue. En quelques heures, aux yeux du jeune homme, Kelly avait déjà beaucoup changé...

Screenshot-103

Secrètement, il espérait que la mise en garde de Bixente ne soit pas vraie.

- Bonne nuit, lança la jeune blonde sèchement.

- Bonne nuit...

Le doute le rongeait. Avait-il prit la bonne décision ?