Screenshot-143

Appuyés sur la table, le couple s'évitait du regard, et aucun d'entre eux ne parlait. Kelly n'en avait simplement pas envie, trop occupée à se forcer à regarder ses ongles peu soignés, essayant en vain d'attirer son attention sur quelque chose d'autre. Quant à Hugh, il savait pertinemment qu'elle ne l'écouterait pas. Cela faisait deux mois qu'elle refusait de lui parler, de l'écouter, et même le voir. Et aujourd'hui pour la première fois, il avait réussi à la faire s'assoir en face de lui.

Mais elle était indifférente. Alors le silence régnait en maître, sans que personne n'ose le détrôner.

- Kelly...

Elle ne broncha pas, son regard restait focalisé sur ses ongles.

- On ne peut pas continuer comme ça... Tu le sais.

Sans un mot elle se leva brutalement, et sa chaise tomba avec fracas sur le sol.

- Kelly !

Screenshot-147

Avant qu'elle ne quitte la pièce, il la rattrapa et l'emprisonna dans ses bras. Cette fois-ci elle ne s'en sortirait pas comme ça. Pas sans avoir dit quelque chose.

- Laisse-moi, supplia-t-elle.

- Non ! Pas cette fois ! Explique-moi, je veux comprendre ! Qu'est-ce qui ne va pas avec toi ?

Les yeux de la jeune femme s'affaissèrent. Pourquoi l'obligeait-il à en parler ? Cela ne faisait que lui rappeler qu'elle avait échoué à le retrouver. Elle n'était plus la louve qu'elle avait été autrefois lorsqu'il était encore là... Elle n'avait pas été capable de remonter sa trace. Pathétique...

- Explique-moi... répéta-t-il, lassé de sa comédie.

Il n'y avait rien à expliquer. Seulement une douleur dont elle ne pouvait se défaire.

Screenshot-152

Elle se libéra des bras de son petit-ami et recula, regardant le sol, n'osant même plus lever les yeux vers lui.

- Kelly...

La voix d'Hugh trahissait clairement sa tristesse. Pourquoi refusait-elle son aide, son réconfort ? Comme s'il n'était devenu plus rien pour elle ? Peut-être qu'il n'était plus rien pour elle, finalement. Peut-être que ce loup était ce dont elle avait besoin, pas lui.

Oui, peut-être...

- Kelly...

Les larmes venaient lui piquer les yeux, ça devenait de plus en plus dur pour lui de les refouler. Il regarda une dernière fois la jeune femme. Même à travers un rideau de larmes, elle était belle. Puis il baissa la tête, incapable de la regarder plus longtemps.

Screenshot-155

L'heure suivante, sans un mot, ni un regard, il partait, non sans douleur. Ses poings étaient tellement serrés que bientôt du sang commença à s'écouler le long de ses poignets, afin de terminer son chemin dans la neige immaculée.

Le regard de Kelly s'arrêta sur une goutte de sang qui se frayait un chemin entre les molécules d'eau glacée [ouai, j'ai fait S, ça se voit, je sais je sais]. Elle n'arrivait même pas à le regarder s'éloigner d'elle pour toujours. Elle n'arrivait même pas à pleurer, elle le sentait, ses yeux n'étaient même pas humides. Ne ressentait-elle donc rien ? Il était en train de partir, pour toujours, elle l'avait négligé, jamais il ne reviendrait.

Elle n'était pas faite pour les relations. Ni pour avoir des amis, ni des amants. Ayca, qu'était-elle devenue ? Elle ne l'avait pas vue, ni appelée depuis des mois, voire des années. Elle négligeait les gens, et ils partaient. Était-ce pour ça qu'Amarok était parti ? Elle... elle l'avait négligé ?

Amusant, non ? À quel point elle pouvait être haïe de tous, même en voulant changer. Même l'agaçante voix avait disparue. Elle était partie, elle aussi.

Kelly aussi, aimerait bien partir. Mais si elle partait, comment Amarok pourrait la retrouver, s'il voulait revenir ?

Screenshot-158

Seule. De nouveau seule. Elle finissait toujours par se retrouver seule, dans un monde pourtant rempli de gens. Sa mère l'avait laissée seule, elle s'était retrouvée seule dans cette ville inconnue, seule face à la louve en elle, Amarok était parti, Hugh aussi... Une fois de plus, elle était seule dans cette maison éloignée du reste de la ville.

Elle devrait être habituée maintenant, à être seule... Pourtant... pourtant elle ne l'était pas, et ça faisait toujours aussi mal. C'était sa punition. Oui... Sa punition.

Son regard se posa sur les photos encadrées sur le plan de travail. Un souvenir immortalisé. Souvenir heureux, elle souriait sur cette photo. Parce qu'il était là. Elle devrait être triste, pleurer, il n'était plus là à présent.

Pourquoi n'était-elle pas triste ? Pourquoi ? Pourquoi était-il parti ?!

Brusquement et sans comprendre pourquoi, elle balaya les cadres qui s'écrasèrent sur le sol, se brisant en milles morceaux.

Screenshot-161

Elle s'écroula entre les débris dispersés, brisée elle aussi. La Kelly sur les photos la regardait, elle, si seule, avec un sourire malsain. Pourquoi son propre souvenir était lui aussi si cruel avec elle ?

Elle... oui... elle était triste... et si seule... Triste... Sa punition... Mais quelle punition ? Qu'avait-elle donc fait pour être ainsi punie ?

Une larme s'échappa de ses yeux et se brisa contre un fragment du verre qui formait autrefois un cadre. Tout se brisait autour d'elle. Qu'avait-elle fait pour mériter cette punition ? Tout ce qu'elle avait toujours voulu c'était un père, une famille, une vie normale... La seule chose qu'elle avait reçu au final n'était que la solitude.

Elle ne devait vivre qu'avec elle-même. Comment faire lorsqu'on se détestait ?

~*~

Screenshot-157

Quatre mois... quatre mois qu'elle était de nouveau seule. Quatre mois qu'elle n'avait pas mis un pied en dehors de cette maudite cabane. Quatre mois qu'elle n'avait parlé à personne, quatre mois qu'elle essayait de se faire à son absence. Quatre mois, bon sang ! Quatre mois.

Comment est-ce que c'était possible ? Comment ? Comment cela avait-il pu se produire, pourquoi, comment ?

C'était pas possible... Juste... Impossible. Elle ne pouvait pas... Il ne pouvait pas !

Enceinte... Elle était enceinte.


Je vous aime mes bouquetins en sucre. Oui, j'ai encore fait une minie-màj... Et non j'ai pas honte. C'est soit ça, soit les chapitres sont super mal découpés et du coup ça rend moche niveau narration.

Breeeef, Kelly est triiiiste, bouuuh. Remarquez que je suis vachement plus inspirée sur les scènes de séparation et de remise en cause que sur les scènes de n'amour.

Sur ce, à plouche et love sur vous ♥