- Loïs ?

Screenshot-405

Le garçonnet se leva d'un bond, surpris. Il ne s'attendait pas à ce que sa mère descende de sa chambre de sitôt ! Il fit signe à l'imposante bête de s'enfuir, si elle la voyait... Qui sait comment Kelly pourrait réagir devant un intrus, même animal.

Mais l'animal ne bougea pas d'un poil. Il inclina la tête, interrogatif, se demandant sûrement ce que l'enfant voulait lui faire comprendre par ses gestes.

- Loïs ?

- Je suis là, maman ! Va-t-en, ajouta-t-il tout bas au loup, les dents serrées.

- Encore devant la fenêtre... soupira la mère.

Elle s'approcha. Désormais, la bête était dans son champ de vision. Bientôt, elle poserait des questions, et se mettrait en colère.

- Qu'est-ce qui est autant intéressant dehors, dis moi ?

Ne voyait-elle donc pas ? Peut-être était-il parti ? Il se retourna discrètement. Non... Il était toujours là.

- Tu ne vois pas ? demanda-t-il.

- Voir quoi ?

- La bête ! Quatre pattes, un long museau, de grandes oreilles !

Kelly fronça les sourcils. Sa description, aussi simple était-elle, lui faisait vaguement penser à un loup. Seulement, il n'y avait aucun loup dans la paysage. Ni aucun autre bête d'ailleurs.

Screenshot

[gros plan sur sa pitite bouille, ne me remerciez pas]

- Il n'y a rien Loïs, ton imagination te joue des tours.

Normal, après tout, pour un gosse resté enfermé toute sa vie, que de s'imaginer des animaux, ou même d'avoir un ami imaginaire. Pas de quoi s'inquiéter, elle avait d'autres choses à faire que de s'occuper des hallucinations de son gamin.

- Mais...

- Loïs, je ne vois rien, donc il n'y a rien, non ?

L'enfant baissa la tête, confus. Il ne l'avait pas inventé, si ? L'animal... l'animal, il était là, non ? Il elle voyait encore, pourquoi elle ne le pouvait pas ? Qui était-il ?

Screenshot-4

Après ça, Loïs se prit pour passion la peinture. Le dernier petit Vanek semblait avoir hérité de la fibre artistique familiale, contrairement à sa mère. C'était un moyen pour l'enfant de visualiser le monde tel qu'il l'imaginait. Son premier tableau représenta grossièrement l'animal qu'il avait vu, ainsi que la verdure qu'il avait vu dans un livre imagé.

Screenshot-3

Le petit garçon apprenait également à écrire et à lire à l'aide de l'ordinateur familial. Kelly avait beau vouloir garder son fils loin de toute société, il ne devait pas devenir un imbécile. Alors, s'improvisant maîtresse d'école, elle apprenait à Loïs les rudiments de l'éducation.

Screenshot-5

Devant son chevalet, Loïs essayait également de se représenter d'autres personnes, en plus du monde. Travaillant sa technique, il peignait tant bien que mal des visages, qu'il peinait à imaginer dans son esprit n'ayant connu que le visage de sa mère.

~*~

Des mois s'écoulèrent, suivis d'années. Loïs devint un garçon brillant, néanmoins beaucoup plus intéressé par la peinture que par les exercices que sa mère lui donnait à faire. Cependant, il nourrissait la même obsession que Kelly vis à vis d'un loup.

Il ne l'avait revu depuis, mais il hantait ses pensées. La grande majorité de ses toiles le représentait, on pouvait même voir l'amélioration de son travail, du loup aux traits grossiers, au loup plus détaillé.

Screenshot-6

Une nuit, alors qu'il peignait et que sa mère dormait depuis des heures, un bruit léger de pas s'éleva derrière lui. Quand il se retourna, l'animal était là, le fixant avec une attention toute particulière, comme s'il ne voyait que lui.

- Toi ! Tu es enfin revenu !

Il abandonna palette et pinceaux pour faire face au loup.

- Comment tu es entré ? s'étonna-t-il. Tu viens du dehors ?

Il aboya comme pour affirmer.

- Chut ! Maman va t'entendre ! Tu me comprends ?

Il inclina la tête, les sens en alerte, il semblait se concentrer sur les paroles de Loïs.

- Tu es qui ?

Il jappa doucement et se frotta contre sa jambe. Apparemment, il était impossible de répondre à cette question.

- Aïe ! gémit le garçon alors que l'animal lui mordillait amicalement la main. Dis... tu peux m'emmener d'où tu viens ? Dans le dehors ?

Screenshot-11

Le loup se stoppa. Il sentait bien que l'enfant ne le suivait pas.

- Je suis plus sûr en fait... Maman dit que c'est dangereux...

L'animal ne bougea pas. Il se contenta de l'appeler par de courts gémissements. Pourquoi avait-il peur ? N'était-ce pas ce qu'il avait toujours voulu, aller dans le dehors, partir loin de la maison, seul ? Alors pourquoi, maintenant qu'il avait la possibilité d'avancer, de franchir la ligne qui séparait la maison du reste du monde, restait-il tétanisé ?

Le loup, lui, est libre. Va donc le rejoindre, deviens enfin libre. Personne ne peut être libre enfermé.

Screenshot-12

En cette nuit d'automne, Loïs franchit enfin cette ligne qui le menait vers la liberté.

Toi qui es libre, le dehors est tien.

Screenshot-13

Le lendemain matin, Kelly trouva la chambre de son fils vide, chose plutôt inhabituelle, étant donné que l'enfant aimait dormir le matin.

- Loïs ?

Aucune réponse. Peut-être s'était-il endormi sur le canapé, incapable de se traîner jusqu'à son lit après une nuit à peindre.

Screenshot-18

Seulement... La maison entière était vide. Loïs était nulle part. La panique gagna Kelly. Où pouvait-il bien être ? La maison était petite, jamais il ne pourrait se cacher... Il était sorti.

Screenshot-30

Au bord de l'affolement et des larmes, elle entreprit de parcourir la ville de part en part à la recherche de son fils, tentant de ne pas dramatiser. Peut-être était-il parti pour la journée, pour goûter à la désobéissance et au dehors rien qu'un moment, et qu'il rentrerait le soir venu, lui demandant des excuses, confirmant que ce monde n'était pas fait pour lui.

Elle demanda à tous les passants qu'elle croisait s'ils n'avaient pas vu un garçon, presque adolescent, aux cheveux blonds et yeux dorés. Ils répondaient tous négativement, énervant Kelly. S'il n'avait tenu qu'à elle, elle aurait tué tous ces gens, bien qu'ils fussent innocents de cette affaire.

Screenshot-21

Au bout de son désespoir, elle alla même jusqu'à lancer une pièce dans la fontaine à souhaits, souhaitant de tout son cœur que son fils se trouvât à l'attendre à la maison, prêt à s'excuser pour la panique qu'il avait déclenché.

Screenshot-33

Mais une semaine après sa disparition, l'enfant n'était pas rentré à la maison. Et il ne rentrerait jamais, telle était l'horrible vérité. Kelly aurait voulu hurler, pleurer, tout détruire, tuer la moindre personne goûtant à un infime bonheur, mais les seules forces qui lui restait ne l'autorisaient qu'à se morfondre allongée et terriblement seule sur le lit de son fils disparu.

Ne récoltant que ce qu'elle avait semé. Elle avait élevé son fils dans l'ignorance du monde, il était clair dès sa naissance qu'il voudrait découvrir le monde extérieur. Élevé caché dans une maison. Personne ne connaissait son existence, personne n'avait pu l'aider à le retrouver. Dans le monde dehors, Loïs n'existait pas, ni aux yeux des gens qui ne l'avaient jamais rencontré, ni aux yeux de la société qui ne l'avait pas dans sa liste de citoyens.

Screenshot-35

À quoi pouvait-il bien ressembler à présent ? Son petit garçon était devenu grand désormais, s'il était toujours vivant. Comme tous les ans, elle avait tout préparé, comme s'il était toujours là, prêt à fêter son anniversaire. Mais pas cette année. Des mois qu'il était parti, des mois qu'elle n'avait eu aucune nouvelle. Des mois qu'elle se faisait à l'idée qu'elle ne le reverrait jamais, que lui aussi l'avait abandonnée.

Screenshot-36

Après tout, c'était sa punition, non ? Elle devait les avoir mérités, tous ces malheurs. Tous ces départs. C'était son destin, d'être seule. D'être abandonnée de tous. Amarok, Hugh, Loïs, tous étaient partis.

Elle avait échoué en tant que mère. Elle ne valait pas mieux que la sienne. Elle avait essayé d'être là pour son fils, de ne jamais le laisser seul, de le garder auprès d'elle, mais il était parti. On ne force pas quelqu'un, même un enfant, à rester. On ne peut prendre la liberté d'un être sans en subir les conséquences.

Pourquoi continuer à vivre alors ? Elle pourrait sauter, sauter dans l'eau glaciale et ne jamais en ressortir, couler jusqu'à atteindre le fond du lac, devenir poussière et ne faire plus qu'un avec le sable.

Screenshot-43

- Excusez-moi ?

Kelly ne broncha pas. Que l'inconnue aille parler à quelqu'un d'autre.

- Etes-vous Kelly ?

Elle haussa un sourcil. Qui pouvait donc la connaître ? 

- Qui êtes-vous ? demanda-t-elle sans toutefois se retourner.

- Vous êtes Kelly ?! Fantastique ! Je m'appelle Zoé ! Zoé Vanek.

Ses muscles se crispèrent à l'entente de ce nom de famille tant détesté qui lui donnait des envies meurtrières. Elle qui croyait en avoir fini pour toujours avec cette famille qu'elle reniait depuis la mort de son père, voilà qu'elle rencontrait... qui donc ? Demie-sœur ? Cousine, tante, nièce ? Au fond, tant de gens faisaient parti de sa famille.

Tant de gens à assassiner.

Screenshot-45

Elle daigna descendre du muret sur lequel elle était perchée pour faire face l'inconnue.

- Je m'appelle Zoé et...

- Vous l'avez déjà dit...

- Uh ?

- Que votre nom était Zoé. Vous l'avez déjà dit.

L'inconnue sembla déstabilisée. Mais elle reprit vite sa bonne humeur totalement insupportable.

- Vous vous demandez sûrement qui je suis... Je suis votre cousine ! Mon père était le frère du vôtre !

Kelly se força à sourire, paraissant presque heureuse d'entendre ces nouvelles. Alors que la simple évocation implicite de Gaétan la faisait bouillonner de rage.

- Génial...! Ne restons pas dehors sous la pluie, je vous offre un café...

- Ce serait parfait ! Encore plus parfait avec un déca et deux sucres dedans.

Elle sourit de toutes ses dents. Comment pouvait-on être aussi heureux de choses aussi débiles que deux sucres dans un déca ? Pas de quoi en être triste, certes, mais heureux au point d'en sourire niaisement ?

Screenshot-46

Assise nonchalamment sur le canapé, l'inconnue prenait ses aises, au point de tutoyer sa cousine à peine rencontrée.

- Waaa, tu as vraiment une vue magnifique, j'adorerais vivre sur les quais comme ça ! Pour le moment je vis dans un petit chalet à Hidden Springs, mais je pourrais déménager...

- Deux sucres, c'est ça ? demanda Kelly pour qu'elle arrête de parler.

- Oui, deux ! J'aime quand c'est sucré ! Mon père disait que c'était gâcher, mais je trouve pas. Oh, au fait ! Tu te demandes sûrement pourquoi je te cherchais !

Pas le moins du monde.

- Figure-toi que mon père est mort il y a peu.

Sa voix se fit pour la première fois triste.

- Et j'étais plutôt proche de lui. Et c'est là que j'ai réalisé que je connaissais très peu les autres membres de ma famille. Alors je suis allée à Aurora Skies, puisque la famille de Gaétan est celle que je connais le moins.

Ne cesses-tu donc jamais de parler ?

- Tu es la seule que je n'ai pas réussi à rencontrer. Ta mère est vieille maintenant, et s'inquiète toujours autant pour toi. Elle aimerait beaucoup que tu retournes à la maison, la voir avant qu'elle meure. Pourquoi est-ce que tu restes là, toute seule, c'est ridicule !

Screenshot-48

Ne sais-tu donc pas te taire ? Ne sais-tu donc pas être supportable ? Pourquoi parles-tu toujours, ainsi, de tout et de rien, aussi gaiement ? Ta voix... ta voix est si... insupportable, pleine de vie et de liberté.

- Et Zélie, Mei, Aléanice, elles voudraient trop te rencontrer, tu sais, elles sont vieilles aussi... Mais toujours aussi drôles.

SILENCE ! Silence. Silence... Arrête de sourire, arrête de rire, d'être heureuse. Ne vois-tu pas que je pleure ? Ne vois-tu pas que je hais ton bonheur. Tu es seule, alors pourquoi ries-tu ? Que trouves-tu à la vie pour lui sourire ainsi ? Comment peux-tu te sentir aussi libre alors que la solitude me retient prisonnière ? COMMENT ?

Un rire. Que trouves-tu drôle ? Il pleut dehors. Je n'ai rien dit, rien ne se passe. Pourquoi ries-tu ? De quoi ries-tu ? De moi ? Je suis pathétique, oui. Cesse de rire. Donne moi ta joie. Donne moi ton sourire. Donne moi ta liberté.

Screenshot-58

Toi qui es libre

Screenshot-49

Libère-moi.


MOTIVATION \o/ Moins de deux jours pour écrire ce chapitre, je suis heureuuuuuse *^* et en plus je trouve pas qu'il soit si nul. Je m'aime ♥

Bref, j'ai un peu mumusé sur le style :3

Qui se souvenait de Zoé, la fille de Jordan et Andréa ? Bah apu de toute 8)