Ce chapitre est quelque peu sanglant. Ames sensibles, tous aux abris

 


 

Screenshot-60

- Transforme-toi !

Le fouet siffla. Un cri déchira le silence sordide qui règnait jusqu'alors dans la chambre obscure.

- Tu es ridicule dans cette enveloppe, n'as-tu donc pas d'honneur ?

Screenshot-62

Une créature recroquevillée gémit, sanglota, supplia. Des bruits lourds de pas s'élevèrent, une porte claqua. Des larmes chaudes se mélangèrent au sang frais sur sa peau satinée, avant de s'écraser sur le sol dru et habillé de sang séché.

Screenshot-71

L'endroit était vide, vide de tout, seulement décoré de son sang, ambiancé de ses pleurs. Elle n'avait rien pour s'occuper, rien pour se voir, rien pour se soigner, seulement ses yeux pour pleurer.

Elle hurla. Elle hurlait souvent, pour avoir une voix à laquelle se raccrocher, pour ne pas devenir la proie du silence. Mais le hurlement partait trop vite, il fuyait cette pièce glauque, toute chose l'aurait fuie. Elle voulait la fuir. Elle voulait la fuir, taper sa tête sur les murs jusqu'au sang, jusqu'à l'étourdissement, briser sa prison par la force, laver le sang sous la pluie, tuer pour faire disparaître sa douleur.

Screenshot-65

Elle frappa violemment sa tête contre le mur. C'était le seul moyen qu'elle avait trouvé pour dormir sans douleur, à défaut de pouvoir briser sa prison.

Screenshot-86

Seul le son de ses pas galopants résonnait dans la grande plaine désertique. À ses côtés, la poussière mélangée au sable fuyait les énormes pattes de l'animal à chacun de ses pas.

Reviens...

Screenshot-84

Elle ouvrit les yeux. Tout était flou. La seule chose qu'elle voyait était du orange à perte de vue. Là-bas une colline, tout aussi orange.

Non. Là. Quelque chose bouge. Il court. Il est flou. On dirait...

Amarok...

- Amarok...

Silence. Les bruits de pas ont disparus. Il est trop loin maintenant.

~*~

Screenshot-72

Silence !

Silence.

Tu es mien silence.

Tu es ma seule force, tu es à moi.

Chut ! Tais-toi ! Taisez-vous, tous !

Non. Vous n'avez pas le droit, le silence est à moi, seule moi peut être silencieuse.

AAAAAAAAAAH

Non. Taisez-vous. Si vous êtes silencieux, je n'ai pas mal. Mais je vous préviens. Ce silence est mien.

AAAAAAAAAAH

Silence ! Je t'interdis de t'en aller. Tu es mien. Tu es la seule chose qui me reste.

Le fouet siffle.

Silence, reviens ! Toi seul est apaisant.

AAAAAAAAAAH

Silence !

Screenshot-74

Si tu n'hurles pas, pas de douleur.

S'il ne siffle pas, pas de douleur.

Silence, si apaisant, soit mien.

A

Stop. Ne crie pas. Si tu cries, c'est que tu as mal.

Mais j'ai mal, même si je ne crie pas. J'ai mal, silence ! Tu es traître ! Toi non plus tu ne veux pas rester à mes côtés ?

Pourquoi ai-je mal, pourquoi me fais-tu mal AAAAH

~*~

Screenshot-67

Battement. Un. Deux. Un deux.

Deux. Un. Deux trois.

Concentre-toi.

Un... Deux... Deux...

NON ! Concentre-toi !

Reste focalisée. Des chiffres, dans l'ordre, accroche-toi.

Cale les, cale les sur les battements de ton cœur. Un. Deux. Trois... Trois.

Des chiffres, là est ton salut.

Deux. Trois.

Des chiffres, là est ton salut. Ils te sauveront.

Des chiffres Quatre me sauver ? Cinq. Six.

Ils te sauveront Sept de la douleur. Le silence, il est trop Huit volatile. Trop traître, tu ne peux le contrôler.

Mais il est mien ! Neuf. Dix.

NOOOOON !

Quoi ? Que t'arrive-t-il ? N'avais-tu pas dit de ne plus hurler ?

Les battements... Où sont-ils ? Je ne les entends plus, je... Où sont-ils ? Où sont les battements de mon cœur ? Silence, rend les moi ! Silence !

 

Mais dis-moi... As-tu seulement déjà eu un cœur ?


Ce chapitre a été écrit sous l'emprise de la DROOOOOOOOGUE.

Non je déconne. Mais ça pourrait.

La suite bientôt mes bouquetins (elle est écrite, mais laissons le suspense, et j'aime faire chier)