Ce chapitre est comme celui d'avant, un peu sanguinolant, c'est mon côté psychopathe qui ressort

 


 

Screenshot-104

- Comment le vis-tu... d'être torturée comme tu torturais tes semblables ?

Qui êtes-vous...

Silence... Ne parle pas. Il volerait ta voix, prendrait ton silence. Un deux.

- Les humains t'ont rendue muette. J'aimais pourtant ta voix aboyant des ordres, condamnant d'autres à la torture, jusqu'à ce que la folie hante leurs corps... Comment vas-tu ? Deviens-tu folle ?

Sa respiration se fit lourde. Les larmes au bord des yeux, un cri retenu lui déchirant la gorge, elle se forçait à être silencieuse.

Dis-moi, toi qui vois mes yeux... que reflètent-ils ? Ne sont-ils pas déjà morts ? Ne suis-je pas morte ? Je n'ai pas l'impression de vivre. Je suis... je ne sais plus. Que suis-je ?

Transforme-toi, transforme-toi, transforme-toi, transforme-toi !

Pourquoi tu ne te transformes pas ? Où est la louve en toi ? OU ELLE EST ?

Transforme-toi, qu'on se batte à armes égales, c'est ce qu'il a dit. Transforme-toi.

Pourquoi ne te transformes-tu pas...Pourquoi toi aussi est parti... Pourquoi tout le monde me laisse ?

J'ai mal. Quand est-ce que ça va s'arrêter ?

Screenshot-82

Attends ! Reviens ! Tu n'es pas Amarok, je le vois, reviens ! Qui es-tu ?

Tu te stoppes. On dirait que tu m'as entendue.

Tu t'approches. Tu m'as vue, n'est-ce pas ? Viens. Aide-moi. Emmène-moi loin d'ici, sauve-moi. J'ai mal... Si mal.

Tu t'approches encore... Ton museau me frôle le visage, s'appuie sur mon nez...

AAAAAAAAAH

Screenshot-70

Un rêve ? Tu n'étais qu'un rêve, hein, fait pour me faire mal ? Pourquoi, pourquoi, pourquoi, pourquoi tout pour me faire mal ? Tout me fait mal, même toi silence.

Je suis punie, non ? Punie pour avoir fait la même chose à d'autres ?

MAIS JE NE M'EN SOUVIENS PAS !

Tu m'as confondue, confondue avec une autre, je n'ai jamais torturé personne... Jamais. Juste tué... Tué, par torturé. Si tu veux faire la même chose sur moi, tue-moi.

Tue-moi...

Je t'en prie...

Tue-moi, avant que la folie ne le fasse.

Je suis prête... prête à rendre cette vie que l'on m'a donné.

Cadeau empoisonné.

Je ne veux plus de cette vie. Reprend-la... REPREND-LA !

Pourquoi ne veux-tu pas la reprendre ? Je n'en veux plus, prend-la et donne-la à quelqu'un d'autre, laisse moi tranquille maintenant !

Screenshot-92

Qui es-tu, toi qui me fais mal ? J'en ai assez des loups. Depuis le début vous me torturez, vous êtes pire que les hommes...

Pourquoi est-ce que je cours à tes côtés. Je ne veux pas être près de toi, tu me fais mal.

Pourquoi est-ce que je te vois, d'ailleurs ? Pourquoi viens-tu ininlassablement dans mes pensées, courant sur cette plaine orangée qui s'étend à perte de vue.

Qui es-tu ? Que me veux-tu ?

J'ai l'impression de te connaître.

Ne t'appelerais-tu pas Keila ?

OH ! JE TE PARLE ! Tu ne m'entends pas ? Je suis à côté de toi, pourtant ! Arrête-toi ! Arrête-moi, je ne veux pas courir !

Arrête-toi... arrête-toi...

La porte claque.

Screenshot-115

Pitié... Tuez-moi... Tue-moi, toi.

Pourquoi te tuerai-je ? Tu l'as mérité, non ?

Suicide-toi alors.

Avec quoi ? Cette pièce est vide. Même taper ta tête des centaines de fois sur les murs n'a pas marché.

Tu es bloquée. À tout jamais, à souffrir, sans jamais pouvoir mourir. Te voilà punie.

- Keila...

Je connais ce nom... Je connais cette voix. Va-t-en. Je te déteste.

Screenshot-119

J'ai dit va-t-'en, tu ne m'entends pas ?

Si tu ne parles pas, il ne t'entendra pas...

- Va-t-en...

Silence, désolée... J'ai dû parler.

- Keila...

Keila... Où es-tu, il t'appelle. Il te cherche, montre-toi. Qui es-tu ?

- Keila, je suis désolé qu'on en soit arrivé là. Mais tu as fait la victime de trop.

Tais-toi, je ne sais même pas de quoi tu parles.

- Keila... Parle-moi.

Keila n'est pas là, imbécile. Je ne suis pas Keila. Je suis... Je n'en sais rien, mais je ne suis pas Keila.

Screenshot-95

Où es-tu Keila ? Je cours, mais tu n'es plus à mes côtés. Il te cherche. Il t'appelle. Montre-toi.

Pourquoi s'adresse-t-il à moi ? Tu n'es pas moi, n'est-ce pas, Keila ? Ce n'est pas la raison de ta disparition, n'est-ce pas ? Ce n'est pas parce que je suis devenue toi, que je suis redevenue moi, n'est-ce pas ?

Serais-tu moi Keila ? Pourquoi Keila ? Ne m'a-t-on pas appelée Kelly à ma naissance ? Ça se ressemble, tu ne trouves pas ?

- Keila...

Il m'appelle. C'est moi qu'il appelle, pas toi. Parce que je suis toi.

Screenshot-122

Je suis Keila... Mais qui est Keila ? Qui est-elle, à quoi ressemble-t-elle, que fait-elle ? Qui est-elle ? Kelly. Je la connais, je sais comment elle est, comment elle réagit et ce qu'elle fait. Mais Keila... Je n'ai rien sur elle, pourtant, elle est moi.

- Tu ne te souviens pas, hein ? Ton passage dans ton enveloppe charnelle t'a fait perdre la mémoire, pas ta folie.

De quoi parlait-il ? Quel charabia était-il en train d'inventer ? Elle releva la tête, de façon à voir son visage. La simple vue de son ancien amant lui donnait cette envie meurtrière qu'elle ressentait constamment dans son corps. Elle aurait voulu se lever, le frapper, hurler, pleurer, mais ses forces l'en empêchaient. Elle arrivait à peine à parler.

- Pourquoi...

C'était la seule question qui lui venait à l'esprit. Elle résumait absolument toutes les autres qui se bousculaient dans sa tête depuis des jours, des semaines, qui sait depuis combien de temps elle était enfermée là ?

- Ne te souviens-tu pas ?

- De...?

- D'être Keila. La louve la plus cruelle que ce monde ait jamais connu.

Elle rit. La folie rongeait son esprit malade, elle ne comprenait pas.

Screenshot-121

- Tu torturais tout le monde. Tu m'as torturé. On a décidé de t'envoyer chez les humains, sous la forme d'un nouveau-né. Ça devait te punir et calmer ta folie meurtrière.

Punition... Sa vie était effectivement une punition. Une punition pour ses crimes. Rien de plus normal, non ? Torturée pour torture.

- On m'a envoyé des décennies après pour surveiller ton évolution. Tu continuais à tuer, mais mon arrivée humaine t'a calmée. Mais tu as retué. Incapable de te contrôler.

- Menteur...

Tu m'as menti. Tu ne m'a jamais rien dit de tout ça quand... Quand j'étais... heureuse. J'avais besoin de toi. Tu es parti. Menteur.

- Je ne pouvais pas te dévoiler ta véritable nature... tu m'aimais, ça aurait tout changé. Je devais partir, je n'avais pas le droit de rester près de toi... Tu étais punie.

- Je te hais.

- C'était nécessaire ! Ta folie meurtrière ne cessait pas, la seule solution était celle-là !

Me torturer. Une solution ? Va crever.*

- Qui es-tu ?

- Je ne suis pas ton ennemi. Tu ne me reconnais pas ?

 

*précision : ce n'est pas Hugh qui a torturé Kelly, mais un monsieur(madame, j'en sais rien en vérité) inconnu(e) que je savais pas comment amener dans la conversation.

Screenshot-136

Sous ses yeux il se transforma en loup cendré, semblable à Amarok.

Alors c'est toi. Tu es Amarok ? Voilà pourquoi je t'aimais, voilà pourquoi tu m'apaisais.

Tu m'as fait souffrir toute ma vie. Et tu me tortures maintenant. Je te déteste. Je te déteste. Je te déteste. MEURS !

Screenshot-128

Trop longtemps. Trop longtemps je n'ai pas été debout. Mes jambes m'abandonnent, elles aussi. Elles tremblent, flageolent.

Arrêtez. Avancez. Courez, courez vers lui, tuez-le, tuez-le, tue-le, transforme-toi, Keila, tue-le !

Ne fléchissez pas. Portez-moi, accompagnez-moi dans un dernier meurtre. Le dernier. C'est promis.

Promis.

Screenshot-111

Les roses fanées ne reviennent jamais à la vie. Je suis déjà morte. Un mort peut-il bouger et tuer comme tu souhaites le faire ? Tes jambes t'ont lâchée, tes muscles ne te soutiennent plus, ta main tombe lourdement sur le sol, inanimée, ton souffle s'échappe, tes sens s'affolent. Bientôt, tes yeux se fermeront, pour ne plus jamais s'ouvrir de nouveau.

Je suis prête, prête à rendre cette vie que je ne veux plus.

Je suis enfin libre.

 


Qui n'a rien compris ? MOIIIIIII \o/

Ok, j'avoue, j'ai pété un pitit plomb niveau scénar, mais je me suis bien amusée :3

En gros, retenez que Kelly était un peu pas bien dans sa tête, qu'elle aimait bien le sang et que ça lui est retombé dessus.

Sinon, fini... Un peu plus d'un an après le début. Ce fut long, mais j'ai réussi ! J'espère que vous avez aimé ce challenge un peu plus scénarisé (qui n'était carrément plus un challenge à la fin).

Je vous dit à plouche avec Loïs mes bouquetins ♥ (parce que ce n'est pas la fin des Vanek, jamaiiiis, mwahaha)