Screenshot-52

Loïs avait été retourné par toutes les révélations de Naïna. Ce que les mortels avaient fait aux naïades, à beaucoup d’autres aussi, jamais il n’aurait pu l’imaginer, cela dépassait l’entendement. Les mortels à cette époque n’avaient rien d’humain, aucune humanité, seulement un désir de sang et de futile vengeance. Et qu’en était-il des mortels d’aujourd’hui ? Valaient-ils vraiment mieux ? Ils avaient expressément oublié toute cette terrible histoire afin de vivre avec leur propre conscience, mais qui pouvait dire qu’ils ne recommenceraient pas s’ils découvraient qu’ils n’avaient pas tout exterminé ?

Le jeune homme regardait avec terreur ses mains. Comment son peuple avait-il pu faire une telle chose, comment pouvait-il en faire partie ? Il n’était coupable de rien pourtant la culpabilité lui écrasait les os. Il était un de ces êtres haineux et meurtriers…

Screenshot-47

- Pourquoi tu m’as sauvé, si tu sais ce que mon peuple a fait au tien ? Pourquoi ne me détestes-tu pas ? demanda-t-il sérieusement, totalement bouleversé et confus.

- Parce que tu ne m’as rien fait. Et que tu n’es pas un mortel [attention, j’emploie le mot mortel dans le sens « humain »].

Il fronça les sourcils, plus confus qu’avant. Que venait-elle de dire ? Qu’il n’était pas… mortel ? Elle devait faire erreur, il était aussi mortel que sa mère et son père, bien qu’il ne l’ait jamais connu. Comment pouvait-il être autre chose qu’un mortel ? Il n’avait pas d’écailles sur les jambes, pas d’ailes dans le dos, pas de pouvoirs, il était la normalité même, cette normalité que les mortels d’autrefois avaient tant haï.

- Tu n’es pas mortel, Loïs. Les créatures non-mortelles peuvent sentir les autres races et tu n’es pas que mortel. Tu es autre chose, je le sens. Mais cette odeur m’est inconnue, nous les naïades ne côtoyons pas assez les autres races pour les reconnaître.

- Tu veux dire que…

- Tu es un hybride.

Elle expliqua alors. Les hybrides étaient des créatures très complexes et rares qui naissaient de l’union entre deux êtres d'espèces différentes. La jeune naïade ne se souvenait plus réellement de ce qui faisait de ces êtres improbables des êtres complexes mais elle savait qu’ils l’étaient, et qu’aucun hybride ne ressemblait à un autre. Comme d’autres êtres d’autres espèces, tous étaient différents, d’une manière ou d’une autre.

- Mais alors… Si je suis un hybride… Et que ma mère était une mortelle… Mon père…

- Était sans aucune doute une créature, mais laquelle ? Sûrement une créature proche des mortels physiquement, car tu leur ressembles parfaitement.

Laquelle, laquelle… comment pouvait-il le savoir, lui qui y avait quelques mois ne connaissait pas l’existence même de créatures. Qui sait combien de créatures différentes peuplaient ce monde en cachette ?

Screenshot-43

Pensif, Loïs s’amusait le regard dans le vide à balancer des cailloux plats dans l’eau, espérant faire des ricochets, mais n’y parvenant pas. Un hybride. Il était un hybride. Quelle appellation vague qu’hybride. Le fruit de deux espèces unies. Moitié mortel, moitié créature. Qui était-il alors ? Qu’était-il ?

Il pensa à sa mère. Il se demandait si elle l’avait su et lui avait caché, comme elle lui avait caché tant d’autres choses. Avait-elle su que le père de son enfant était une créature, avait-elle su laquelle ? Il n’avait plus aucun moyen de lui demander désormais. Il ne savait même pas si elle était encore en vie.

Screenshot-51

L’été semblait ne jamais quitter l’île, qui baignait sous un soleil éclatant qui ne pâlissait jamais, sauf en cas de pluies tropicales, que les deux naufragés redoutaient plus que tout. Loïs ne dormait quasiment plus, gardé éveillé par ces questions qui lui torturaient l’esprit. Il était perdu, affolé. Il ne savait plus qui il était et les nombreuses questions qu’il avait pu poser autrefois à propos de son père refaisaient surface. Qui était-il ? Où était-il passé ? Pourquoi les avait-il laissés, lui et sa mère ? Une nouvelle question revenait sans cesse, infernale : qu’était-il ? Qu’était-il, qu’était-il, qu’était-il ? Qu’avait-il légué à son fils hybride ?

Sa vie semblait avoir pris un tournant depuis qu’il était tombé sur cette île. Sa vision du monde et de lui-même avait changé. Lui qui pensait être un homme normal se révélait être un hybride, la tête remplie de questions auxquelles il n’y avait aucune réponse. Il ne cessait de se tourmenter depuis son arrivée ici. Pourquoi était-il là, qui était ce loup, comment, qui était-il lui, pourquoi les mortels avaient-il détruit ce monde ?

Screenshot-54

Souhaitant se vider la tête de tous ces questionnements, il décida de partir en balade autour de l’île pour plusieurs heures, sans vraiment savoir où aller. Peut-être ne retrouverait-il jamais le chemin du retour, peut-être resterait-il perdu à jamais dans la jungle, il ne s’en souciait même pas, trop occupé par les questions qui résonnaient dans son crâne.

Il marcha longtemps, des heures même, le soleil commençait à descendre vers l’océan où il finirait par disparaître. Il était loin de son terrain désormais et quelque chose bougea dans les buissons, grogna. Il n’avait jamais pensé au danger que pouvait représenter une bête sauvage, qui pourtant devaient être nombreuses sur cette île vierge de toute activité humaine. Quel imbécile. Avec un peu de chance, l’animal caché dans les buissons n’était qu’un animal inoffensif et craintif. Avec un peu moins de chance, il se retrouverait réellement en danger.

Le grognement se rapprocha, plus sourd et dangereux qu’avant, le museau duquel une rangée de dents tranchantes sortait se fraya un passage entre les feuilles, renifla, montra les dents de plus belle, puis il chargea.

Surpris, Loïs tomba à la renverse tandis que l’animal se rapprochait, lentement, vers sa proie vulnérable.

Screenshot-56

Soudain, le loup apparut de nulle part et, les crocs sortis, attaqua la bête qui menaçait Loïs, la forçant à repartir dans les buissons d’où elle venait. Le loup disparut quelques minutes, hurlant, gémissant de douleur, grognant. Le combat faisait rage et le jeune homme ne pouvait rien voir, redoutait l’issue, espérait que le loup l’emporte. Apparemment, il le protégeait et ne lui ferait aucun mal.

Puis il revint enfin, l’épaule blessée et haletant, mais en vie.

Cette fois-ci, Loïs ne le laisserait pas partir. Il en avait assez de toutes ces questions autour de ce loup, ces questions qui s’ajoutaient aux autres et aujourd’hui, il y répondrait, et soulagerait un peu son esprit du poids de ces interrogations qui se répétaient sans cesse.

Lentement, il se releva et sans faire le moindre geste brusque pour ne pas effrayer l’animal, s’avança, une main tendue vers lui pour le rassurer.

- Eh… qui tu es, toi ? demanda-t-il, pleinement conscient que jamais l’animal ne pourrait lui répondre.

Mais il avait besoin de lui poser cette question à laquelle il n’obtiendrait pas de réponse directe.

Screenshot-60

[oui, alors le loup est un peu différent, c’est parce que Mae est pas douée et a supprimé sa seule save du loup d’avant et l’a refait comme elle le pouvait. Mae est conne]

Le loup tourna sa tête et regarda l’humain s’avancer doucement vers lui, intrigué. Cela faisait bien longtemps qu’il ne l’avait pas guidé. Il se souvenait parfaitement l’avoir mené vers sa liberté des années auparavant et l’avoir aidé. Mais depuis quelques temps, il ne semblait plus avoir besoin de lui. Cette île où les autres loups ne les avaient pas suivis en était peut-être la cause.

Des souvenirs remontèrent à la surface. Pas d’images, pas de flou, des paroles, des sons, lointains, comme enfermés dans une bulle.

- Tu es une aberration, petit, tu dois mourir.

- Pas ta faute. Faut…

- Ta mère et ton père n’étaient pas censés avoir un enfant.

- Ta mort ramènera l’équilibre.

L’humain ne semblait pas se souvenir. Il avait sûrement tapé sa tête à son arrivée ici et perdu la mémoire, mais comment expliquer que lui ne l’ai pas perdu ?

- Qui es-tu ? Que sont ces souvenirs ? haleta Loïs, les mains sur les tempes, les ongles plantés dans sa chair.

- Tu n’es pas un vrai loup, hein petit ? Tu ne peux même pas te transformer, comme ta mère.

- De quoi parlent-ils ? hurla le jeune homme au loup.

L’animal baissa la tête, la mine défaite et s’approcha de son protégé, frotta son museau contre la main de l’hybride, avant de disparaître sans un bruit, ni mouvement. Le loup était parti soudainement, tout en n’ayant pas bougé.

Screenshot-64

Lorsqu’il rentra plusieurs heures plus tard, épuisé, choqué et chancelant, Naïna se précipita vers lui, totalement affolée, gesticulant et hurlant à moitié, ce qui donna la migraine au jeune homme.

- Naïna, Naïna, calme-toi, je t’en supplie.

- Tu étais où ? J’ai eu très peur. Mais tu es blessé ! s’exclama-t-elle en écarquillant les yeux.

Il suivit son regard paniqué et découvrit son épaule gauche rougie de sang à cause d’une blessure superficielle. Il fronça les sourcils, l’esprit embué, confus, il ne comprenait pas. Comment avait-il pu se faire une telle blessure, et quand ? Elle ressemblait… Elle ressemblait étrangement à celle que le loup avait après…

- Loïs ? Loïs !

Mais Loïs venait de perdre connaissance, rattrapé de justesse par la frêle naïade.

Screenshot-66

Un hybride loup, voilà ce qu’il était. Des jours qu’il réfléchissait à s’en donner de terribles maux de tête, mais c’était d’une évidence même. Son père était ou avait été un loup. Naïna ne savait rien de cette race qui venait d’un monde différent du leur et qui n’avait jamais côtoyé celle des naïades, mais d’une manière ou d’une autre, le père de Loïs avait trouvé le moyen de venir dans le monde mortel.

C'était pour cette raison qu'il ne rêvait que de viande et qu'une agressivité instinctive se laissait entrevoir par moments. C'était pour cette raison que le loup faisait surface lorsqu'il était en danger ou enfermé, comme quand il était chez Kelly, coupé du monde. Le loup en lui souhaitait la liberté, vivre dans ce monde vaste et y courir jusqu'à ne plus pouvoir. Il s'était protégé lui-même, enfant vulnérable, ses instincts s'étaient réveillés lorsqu'il le fallait, faisant apparaître pour une raison ou une autre un loup devant lui, comme s'il était un autre être, mais ils ne formaient qu'un. Son hybridité ne lui permettait pas de se transformer en ce loup, mais il pouvait cependant le voir. Mais c'était lui. Voilà pourquoi la blessure du loup était aussi la sienne. C'était lui qui s'était battu contre cette bête. Insensé... Et pourtant vrai. Sa cicatrice à l'épaule le lui rappelait chaque jour.

Et si des questions avaient trouvé des réponses, d'autres avaient germé dans son esprit devenu trop étroit pour toutes les accueillir. Et la plus mystérieuse de toutes était : quel était l'équilibre ? Un de ses agresseurs avait mentionné cette chose que sa mort permettrait de ramener.

D'autres demeuraient également, comme celle qui pourrait expliquer la raison de son arrivée sur l'île. Il ne savait toujours pas pourquoi il se trouvait là, était-ce pour échapper à ces gens ? Avait-il été tenté de s'exiler loin d'eux ? Mais tant que ses souvenirs ne revenaient pas, jamais il ne le saurait.

Le loup semblait pourtant se souvenir. Il avait essayé de se concentrer, de devenir cette seconde part de lui, sans y parvenir. Tout comme le loup, les souvenirs de ce dernier étaient inaccessibles.

Screenshot-69

Des jours il passa ainsi allongé, à essayer de se calmer, de contenir les questions qui foisonnaient et inondaient son crâne migraineux, en vain. Et plus le temps passait, plus Naïna s'inquiétait. Elle ne voyait pas en quoi être un hybride pouvait être un problème, elle qui avait grandi parmi les créatures et l'idée qu'une telle chose soit possible. Elle ne comprenait pas pourquoi il ne laissait pas toutes ces questions qui seraient à jamais sans réponses au passé pour vivre paisiblement. Pourquoi s'alourdir d'un tel poids alors qu'il était inutile ?

- Tu vas rester allongé aujourd'hui encore ? demanda-t-elle comme chaque jour.

Aucune réponse. Il était trop absorbé par ses pensées pour l'entendre.

- Il a enfin plu hier, si tu n'avais pas remarqué. Ton trou est rempli d'eau, si ça te dit de continuer ton projet.

Il tressauta, releva un peu la tête, sa curiosité piquée. La jeune naïade esquissa un sourire de soulagement : elle avait enfin réussi à le sortir de sa léthargie.

Screenshot-70

Le temps d'un instant, il avait eu peur que la naïade n'ait menti pour enfin le faire se lever, mais elle avait dit la vérité. Il se retrouvait désormais avec une petite mare. Il pouvait de nouveau se mettre au travail pour améliorer son quotidien, même si en réalité, il n'avait pas la moindre idée de comment faire. Il n'était pas sûr d'arriver à créer ce qu'il avait en tête, par manque de connaissances ou de ressources.

Alors qu'il se mettait au travail, il oublia presque toutes ces questions qui l'avaient éloigné de sa vie et la réalité. Naïna avait raison, s'encombrer de ces questions inutiles et sans réponses ne servaient à rien, sinon à aller contre sa productivité et à le rendre invivable. Ces derniers jours, la naïade l'avait menacé de quitter l'île plusieurs fois, sans réellement le penser, agacée par son comportement. Il devait absolument essayer de vivre sans réponses, et éviter le risque de gâcher sa vie par des ruminations.

Et puis il avait la principale des réponses : il était un hybride loup.


Que d'informations dans ce chapitre et plein de mystère aussi, huhu c:

Promis un jour ils feront des bébés